Né à Valognes (Manche) en 1881, Camille Blaisot devint avocat avant d'entamer une importante carrière politique sous la IIIe république :

  • conseiller général de Caen Ouest,
  • député du Calvados (1914 - 1940),
  • ministre de la santé publique (1931 - 1932),
  • sous-secrétaire d'état à la présidence du conseil (1935 - 1936).

   Il résumait ainsi sa profession de foi politique : "servir la République au lieu de s'en servir".

   Opposé au régime de Vichy et à l'occupant, il fut arrêté par la Gestapo en mars 1944 à son domicile à Caen, rue Pasteur, puis interné à la prison de Caen. Il fut ensuite déporté à Dachau où, tombé malade, il décéda le 24 janvier 1945.

   Dans le but de ne pas oublier ce grand parlementaire normand, trois cantons décidèrent d'ériger un buste à sa mémoire. Le choix de Vimont s'imposa car cette commune est située dans l'axe des trois cantons : Caen Est, Troarn et Bourguébus, circonscription électorale de l'ancien député.

   Placé dans l'angle de la route nationale 13 et de la départementale 47 Airan-Mézidon, le buste en bronze, réalisé par le statutaire Zelikson, fut inauguré le 13 Novembre 1960 en présence d'Edmond Michelet, garde des sceaux et ministre de la justice, compagnon de déportation de Blaisot qui termina son allocution par ces mots : 

"Vous étiez, Blaisot, un résistant dans le plein sens du mot. Vous avez su résister au déshonneur et découragement. C'est avec des hommes comme vous que la France continue".