Le pardon de Saint Roch, organisé à Vimont le 19 Mai 1964, est la dernière grande manifestation témoignant du culte important voué à ce saint en ce lieu.

  L'église de Vimont conserve d'ailleurs une statue ancienne, apparamment du XVIème siècle, en pierre polychrome représentant Saint Roch en état de prière avec les attributs qui le caractérisent :

   - le bubon soigné par un ange évoquant la guérison de la peste,

   - la pèlerine, le chapeau et la coquille caractérisant son état de pèlerin,

   Cette statue a entièrement été restaurée en 1963, après avoir été brisée en août 1944 : les visages du saint et de l'ange ne sont plus conformes à ceux d'origine.

   Cette statue pourrait attester de l'ancienneté de ce culte à Vimont. Le culte voué à Saint Roch s'est répandu en Normandie au XVIIème siècle, suite aux épidémies de peste. Avec Saint Sébastien qui protège des "flèches de l'épidémie", Saint Roch est devenu le principal saint antipesteux.

   Originaire de Montpellier, Saint Roch vécut au XVIème siècle et guérit de la peste dont il était atteint grâce à l'intervention d'un ange. Alors qu'il était malade, il s'isola dans une forêt où il fut nourri par un chien qui lui apportait tous les jours un pain volé à son maître. C'est pour cette raison que traditionnellement Saint Roch est représenté avec un chien à son côté et parfois un ange.

   Il est, avec Saint Honoré, le saint patron des boulangers. Il est encore de tradition dans certains lieux de pèlerinage de distribuer le 16 août, date anniversaire de la mort du saint, le pain de Saint Roch.

   Il est curieux de constater que dans le cartouche de la carte du diocèse de Bayeux établie en 1675 par le chanoine Petite, il soit mentionné parmi les spécialités régionales : "les galettes de Vimont". Ne serait-ce pas un témoignage de plus sur l'importance de ce culte associé à un pèlerinage ancien durant lequel des galettes sont bénites et distribuées aux pèlerins.

   Si la peste s'est éteinte dans notre région au XVIIIème siècle, les pouvoirs de guérison du saint se sont étendus à l'ensemble des maladies épidémiques et contagieuses.

 À l'époque révolutionnaire, alors que ce genre de manifestation est interdit, les administrateurs du canton d'Argences constatent que "les processions abondent à Vimont" et qu'un "grand nombre d'habitants d'Argences ... sont allés processionnellement visiter un Saint Roch jadis patron de Vimont".

   Le commissaire du directoire exécutif auprès de l'administration du canton d'Argences juge que ces processions sont "innocentes parce qu'il s'agit de maladies contagieuses pour la guérison desquelles le bienheureux Saint Roch jouit d'une grande réputation dans ce pays".